Accueil » Horlogerie » Un nouveau président pour FRANCE HORLOGERIE

Un nouveau président pour FRANCE HORLOGERIE

Un nouveau président pour FRANCE HORLOGERIE
Le conseil d’administration de France Horlogerie s’est réuni jeudi 7 octobre à Paris pour choisir son nouveau président. C’est M. Jean-Pierre Bodet, appartenant au groupe familial Bodet qui a été désigné. M. Patrice Besnard, Délégué général, nous rappelle l’organisation de France Horlogerie – Industrie du Temps & des Microtechniques, pour comprendre comment se fait le choix d’un nouveau président.

Composition du nouveau bureau
– Président : Jean-Pierre Bodet.
– Vice-présidents : Pierre Burgun (collège Montres) et Guillaume Butty (collège Composants).
– Trésorier : Gérard Simon (collège Composants).
– Délégué général : Patrice Besnard.

France Horlogerie – Industrie du Temps & des Microtechniques, est l’organisation représentative des fabricants français d’horlogerie. Ces derniers sont organisés en son sein autour de 3 collèges.

Les marques de montres qui assurent la création, l’assemblage des montres (soit directement, soit en sous-traitance) et leur distribution. Les composants de montres qui sont au cœur de l’activité industrielle avec des métiers aussi divers que le décolletage, le moulage par injection métallique, le polissage, les traitements de surface… Contrairement à certaines idées reçues, il existe encore en France des entreprises qui interviennent dans la fabrication des pièces constitutives du mouvement, l’habillage (des aiguilles aux couronnes et bracelets). Certaines interviennent dans des activités de sous-traitance pour le luxe (horlogerie, maroquinerie, bijouterie), le médical, l’aéronautique ou le militaire.

L’horlogerie de « gros volume » qui regroupe aussi bien l’horlogerie dite « domestique » à l’image des comtoises, de la distribution de l’heure dans les gares et aéroports, de l’horlogerie d’édifice que l’horlogerie technique (pointeuses, horodateurs, gestion des temps…). L’enjeu porte aussi sur la synchronisation horaire non seulement des applications horlogères que des équipements utilisant une source de temps (de l’éclairage urbain à l’internet des objets – IOT).

Élection du président de France Horlogerie

Le conseil d’administration de France Horlogerie s’est réuni jeudi 7 octobre à Paris. Succédant mi-2018 à M. Pascal Bole (collège Montres), M. Guillaume Butty (collège Composants) a annoncé aux administrateurs qu’il ne souhaitait pas solliciter un nouveau mandat de président à l’occasion du renouvellement triennal du conseil d’administration mi-2022, d’autant que son mandat a été confronté à la crise sanitaire qui l’a fortement mobilisé.

Selon une rotation bien établie, il revenait au collège Gros Volume d’assumer la présidence et c’est M. Jean-Pierre Bodet qui a été désigné.

Le groupe familial Bodet qu’il préside, a démarré à Trémentines (Maine-et-Loire) en 1868 à partir de l’horlogerie d’édifice (campanaire). Il s’est depuis déployé vers l’affichage sportif, la gestion des temps et la synchronisation horaire pour 100 M€ de chiffre d’affaires et 800 employés avec plusieurs filiales à l’étranger. Cette nomination illustre ainsi l’une des multiples facettes de l’horlogerie en France qui ne saurait être limitée à la montre terminée et au Jura horloger.

Objectifs du nouveau bureau

Sous la présidence de M. Jean-Pierre Bodet le conseil d’administration va poursuivre les travaux en faveur d’objectifs clairement définis.

La création de la Fondation du Temps qui, après cette période de crise sanitaire, illustre la nécessité d’organiser une meilleure synchronisation du temps, non seulement sous ses aspects scientifiques et techniques (traçabilité et sécurisation des données liées à la mesure du temps) que sociétal (cycles de production et de vie). La relocalisation de certaines étapes de la valeur ajoutée en France. Au-delà des questions de sourcing, il faut en effet développer les synergies entre les différents stades de la filière : fabrication, distribution et réparation. Cela passe notamment par le financement et la promotion des jeunes pousses et la consolidation du savoir-faire français. Pour cela, il s’agit de créer une indication géographique qui puisse valoriser non seulement le made in (simple critère d’origine) mais aussi mettre en avant le savoir-faire de la main-d’œuvre. Et garantir un niveau de qualité ou de performances au consommateur, dans le respect des normes sociétales et environnementales. Fort de ses réserves financières, le conseil d’administration a d’ailleurs décidé de prélever 200 000 € pour les affecter à un fonds dédié intégré à la Société de développement de l’horlogerie pour accompagner les jeunes créateurs.

La prise en compte des évolutions résultant du changement climatique qui vient en complément de la relocalisation : affichage environnemental, traçabilité et RSE.

Dans le cadre de la refonte de la convention collective de la métallurgie qui est la seule à couvrir le champ des fabricants français d’horlogerie tout comme celle des réparateurs dont la réparation est leur activité principale. Dans le cadre de cette refonte, France Horlogerie va organiser avec l’Union des Industries métallurgiques et minières, des réunions avec les entreprises pour caler la classification des fonctions dans le cadre des métiers horlogers de fabrication. M.T.

www.francehorlogerie.com

Leave a reply