Accueil » Horlogerie » Fiyta et a.b.art : Le développement se poursuit sur le marché français

Fiyta et a.b.art : Le développement se poursuit sur le marché français

Fiyta et a.b.art : Le développement se poursuit sur le marché français
Fiyta, Emile Chouriet et a.b.art poursuivent leur belle avancée sur le marché français. Rencontre avec Denis Cram, le fondateur de BWD [Bordeaux Watches Distribution], distributeur de ces marques. 

L’Officiel Horlogerie & Bijouterie : Comment avez-vous débuté l’année 2019 avec Fiyta sur le marché français ?

Denis Cram : Nous avons exposé nos marques Fiyta et a.b.art sur le salon Bijorhca à Paris en janvier et nous en sommes très satisfaits. En outre, nous avons souhaité tester le salon Bijorhca pour la session de janvier et nous sommes enchantés du résultat. Fiyta comme a.b.art suscitent l’intérêt et nous avons lié de nombreux contacts qui sont en cours de transformation. D’ailleurs, nous avons reçu des visiteurs français, mais également des prospects venus de Belgique, d’Afrique et des DOM-TOM.

L’OHB : Quels types de visiteurs se sont intéressés à vos marques ?

D. Cram : Des bijoutiers bien sûr, mais également des magasins plus fantaisie ou accessoires, des concept-stores. Les qualités et l’identité forte de ces deux marques séduisent et sont de véritables gages de succès. a.b.art avec ses 31 trous sur le cadran possède une vraie personnalité, héritée de son style Bauhaus, qui plaît beaucoup et a sa place dans des points de vente où le design prime. A vrai dire, pour de nombreux détaillants, Fiyta est encore une découverte. Ses qualités, son design et son prix surprennent.

L’OHB : Avez-vous participé à d’autres salons ?

D. Cram : Oui, nous avons également pris part au salon régional Eclad’or qui s’est déroulé à Lyon. Nos marques ont remporté un bon succès. Notre présence nous a permis de renouveler des stocks et de signer de nouvelles implantations.

L’OHB : Dans combien de points de vente êtesvous distribué à ce jour ?

D. Cram : Nous avons implanté a.b.art dans 70 magasins en France mais aussi en Côte d’Ivoire, à Saint Barthélémy… Fiyta remporte le même succès avec environ 70 points de vente.

L’OHB : Comment se développe Fiyta ?

D. Cram : Fiyta est encore une marque très masculine avec une répartition selon 2/3 montres masculines pour 1/3 de montres féminines. Les gammes qui fonctionnent bien et qui ont permis d’asseoir la marque sur le marché français sont les Photographer, les In, les Extreme et les Aeronautics. L’ensemble de la collection est très large et très complexe, mais je sélectionne avec attention les lignes dédiées au marché européen.

L’OHB : Quelle est la nouvelle ligne de Fiyta ?

D. Cram : Fiyta a lancé en décembre une nouvelle gamme masculine, la Line Collection. Très élégante et très épurée avec ses 8,7 mm d’épaisseur, elle est équipée de 3 aiguilles date, sur un mouvement Miyota. Elle est montée sur un bracelet en acier bicolore et existe aussi en version tout acier ou bien sur cuir façon crocodile.

L’OHB : Exposez-vous à Baselworld ?

D. Cram : Oui bien sûr. Nous serons à Bâle, qui reste un rendez-vous incontournable pour nous. Fiyta présente à cette occasion de nouveaux modèles dont une montre chronographe Aeronautics équipée d’un mouvement ETA, ainsi que des chrono Aviators automatiques très sportifs mais élégants, sur bracelet cuir, parfaits pour le marché français. A ce jour, le mouvement manufacture est laissé en suspens, et les montres sont dotées d’un calibre ETA sur ces modèles.

L’OHB : Dans les marques de Fiyta, Bejing poursuit- elle le développement de ses mouvements ?

D. Cram : Tout à fait. Bejing reste la marque chinoise de grande qualité lancée par Fiyta, avec sa manufacture et ses mouvements in house. Elle sort notamment une ligne vintage de petite taille pour les femmes.

L’OHB : Comment évolue l’activité de BWD ?

D. Cram : Très bien, à tel point que nous avons pris la distribution de Fiyta pour l’Europe. Nous gérons depuis début janvier sa distribution en Allemagne et au Royaume-Uni ; nous mettons en place en ce moment un réseau d’agents en Espagne et au Luxembourg, ainsi qu’en Pologne et dans les pays de l’Est. BWD va ainsi devenir le pôle logistique européen de Fiyta et centraliser également le SAV pour toute l’Europe. A ce jour le trafic est composé de 4 000 pièces par an, mais espérons bien atteindre prochainement 20 000 pièces.

L’OHB : Comment communiquez-vous sur la marque ?

D. Cram : Le groupe Fiyta a prévu de lancer une grande campagne européenne avec des ambassadeurs pour mieux faire connaître la marque.

L’OHB : Après Bâle, quels sont vos projets d’exposition ?

D. Cram : Nous serons sans doute présents sur les péniches et à Bijorhca en septembre. Par conséquent, nous ne manquerons pas de vous en informer. N.K.

bwd-france.com