Accueil » Horlogerie » CFHM : Une Fondation du Temps

CFHM : Une Fondation du Temps

Projet lancé par la CFHM, La Fondation du Temps qui verra le jour en 2019 contribuera au rayonnement de la France dans son leadership de centre mondial du temps universel. Illustrations, par son délégué général, Patrice Besnard.

L’Officiel Horlogerie & Bijouterie : Quelles seront les principales missions de La Fondation du temps ?
Patrice Besnard :
l’objectif principal de la Fondation sera d’assurer le développement et la promotion de produits et applications utilisant le temps comme la synchronisation de l’heure, les métiers et savoir-faire ainsi que le patrimoine horloger français. La synchronisation horaire est un domaine méconnu, c’est pourquoi nous avons réalisé une bande dessinée sur ce sujet complexe qui peut être téléchargé sur notre site www.cfhm.com. Le maintien en France de ce signal, qui est reçu des Canaries à la Finlande, est primordial dans la mesure où l’État français doit conserver une source horaire qu’il maîtrise (contrairement au GPS américain) et dont la fréquence permet une réception dans des enceintes confinées. C’est pourquoi, un des rôles principaux de La Fondation du temps sera d’encourager le recours au temps légal français (décret n°2017-292 du 6 mars 2017) et à la synchronisation horaire des bases de temps ou d’applications liées au temps dans la perspective d’offrir une heure à la fois fiable, traçable et précise pour des applications grand public ou industrielles.

L’OHB : Nous bénéficions aussi tous les jours de la qualité de cette synchronisation horaire dans de nombreux domaines de la vie quotidienne.
P. Besnard :
Oui, dans des usages très simples. La précision de l’horloge du clocher d’une ville, ou du fronton de sa mairie, le chronométrage des équipements sportifs, le déclenchement de la sonnerie des écoles dépendent de ce signal. Tout comme l’éclairage urbain, la vidéosurveillance, les transports publics,.. Et la synchronisation horaire présente ici des avantages plus larges que la seule précision de l’heure. Si l’on reprend le sujet de l’éclairage public, synchroniser les commutations de l’éclairage sur la ville, grâce à un algorithme astronomique qui suit le rythme des saisons et pour une durée de fonctionnement minimale, peut aussi être une source d’économies pour une collectivité. La réduction de consommation peut atteindre 10 %, soit plus d’une heure par nuit !

L’OHB : Au-delà des applications domestiques, la synchronisation horaire a aussi des enjeux plus sensibles.
P. Besnard :
Oui, le signal de synchronisation est d’une importance stratégique et sécuritaire car de plus en plus d’applications comme les transports aériens, les objets connectés, nécessitent une heure précise et fiable et qui requièrent des exigences fortes de traçabilité et de certification. Dans ce domaine la France s’est hissée à la pointe de la technologie en engageant des projets collaboratifs avec divers partenaires comme celui avec SCPTime qui vise à produire et à transmettre un temps de très haute précision et sécurisé. Et ce sera l’une des missions de La Fondation du temps que d’initier des partenariats avec des sociétés françaises en pointe sur un aspect de la mesure du temps.

L’OHB : La CFHM soutient également des opérations pour la conservation du patrimoine campanaire français.
P. Besnard :
Effectivement depuis 2015, le CFHM est aux côtés du Conservatoire européen des cloches et des horloges (CECH) qui a lancé l’opération : La journée des clochers. Avec l’ouverture des horloges d’édifices des bâtiments publics aux visiteurs, en particulier les églises, le CECH souhaite faire porter un nouveau regard sur le patrimoine campanaire français mais aussi sensibiliser les collectivités à sa conservation et restauration et valoriser leurs investissements réalisés pour son entretien. En 2017, 54 sites ont été ouverts dans 13 départements, dont 3 cathédrales : Angers, Dijon, Rouen. M.T.

www.cfhm.com