Accueil » Economie » La vacance commerciale des centres-villes est en hausse

La vacance commerciale des centres-villes est en hausse

Vacance commerciale centres villes. Avec un taux à la hausse, la vitalité des centres-villes reste préoccupante. Pour autant, « rien d’inéluctable ».
Avec un taux de vacance à la hausse, la vitalité des centres-villes reste préoccupante. Pour autant, « rien d’inéluctable » rappelle la fédération pour la promotion du commerce spécialisé.

Dans son Palmarès 2019 des centres-villes commerçants, Procos, la fédération du commerce spécialisé, alerte à nouveau sur les difficultés que rencontrent les centres-villes selon leurs caractéristiques démographiques et commerciales. Vacance commerciale centres villes.

Ainsi, le taux moyen de vacance en centre-ville est passé de 7,2 % en 2012, à 9,5 % en 2015 pour flirter avec les 12 % en 2018. Et désormais, seul un tiers des centres-villes demeure sous la barre des 10 % contre la moitié en 2015.

Tous les centres-villes ne sont pas concernés

Cette augmentation, vacance commerciale centres villes, qui marque une tendance de fond, ne concerne pas pour autant tous les centres-villes. Sont particulièrement impactées les petites et moyennes villes, c’est-à-dire celles dont la zone d’influence touche moins de 200 000 à 500 000 habitants, disposant respectivement d’au moins 150 commerces et 300 commerces.

Inverser la tendance

Malgré ce constat alarmant, la fédération se veut optimiste, rappelant que des solutions existent pour inverser la tendance. Strasbourg a facilité la réimplantation des médecins dans son hyper-centre, Clermont-Ferrand mesure les évolutions commerciales en temps réel, Dijon offre deux heures
de stationnement gratuit etc. Ce sont aussi des événements culturels attractifs ou des projets d’infrastructures de transports qui pourront dynamiser la vitalité d’un centre-ville en perte de vitesse. Vacance commerciale centres villes.

Des villes à forte vitalité

Autant de démarches relevées par Procos qui ont d’ores et déjà fait leurs preuves. En revanche, certains centres-villes connaissent une vitalité insolente, en tête la presqu’île de Lyon dans la catégorie métropole. Dans la catégorie « grande ville moyenne » (unités urbaines de plus de 240 000 habitants), Annecy (4 %) et Amiens (8 %) voient quant à elles leur centre-ville évolué très positivement. F.F.

Pour en savoir plus : Procos – 3e édition du Palmarès
des centres-villes commerçants – février 2019.

https://www.procos.org/images/procos/presse/2019/procos_palmares_2019.pdf

Leave a reply