• Laser ELECTROLASER
  • Badeco, nouveau poste de polissage tout en un
  • MPULSE30
C’est en s’appuyant sur les compétences de TGN 409, société fondée par son père Jean Danielian, qu’Hugo Danielian lance sa ligne de joaillerie en argent et or 18 k. Baptisée Hugo Noé, cette nouvelle marque de bijoux masculins fait la part belle au made in France en argent. Présentée par TGN 409 au dernier salon Fashion Paris, elle a retenu l’attention des détaillants et se veut encore plus créative à l’avenir. Entretien croisé avec le père et le fils.
L’OFFICIEL HORLOGERIE & BIJOUTERIE : TGN 409 était présent sur le dernier salon Fashion Paris de septembre. Quelles étaient les évolutions et les nouveautés présentées ?

JEAN DANIELIAN : C’était notre quatrième participation à ce salon. Nous avons changé la manière de présenter notre entreprise. Après avoir montré nos talents dans différents domaines, nous avons mis l’accent sur le fait que nous sommes des joailliers passionnés et créatifs maîtrisant la conception 3D et la fabrication sous toutes ses formes.

Cette fois nous n’avions pris avec nous que quelques pièces à complication permettant de montrer notre niveau de technicité et notre capacité à créer des bijoux d’exception.

L’OHB : Auriez-vous renoncé à commercialiser vos créations ?

J. DANIELIAN : Non pas du tout. La majeure partie de nos créations sont exposées sur notre site internet à la disposition des professionnels. Mais j’ai mis un terme au fait d’avoir des commerciaux sur la route pour ne garder que l’outil internet.

Un échange très intéressant avec Monsieur Frédiani qui exposait en face de nous m’a conforté dans l’idée de la modernité.

L’OHB : Comment définiriez-vous le nouveau TGN 409 ? Quels sont ses axes de croissance ?

J. DANIELIAN : TGN c’est la conception et la fabrication. Notre force réside dans le développement 3D de pièces uniques ou de projets plus vastes nécessitant des méthodes d’industrialisation.

Nous avons cette double casquette de créatifs et de techniciens, ce qui nous permet de bien interpréter les demandes de nos clients, voire même de leur faire des propositions. Chaque pièce que nous développons est ensuite terminée par notre équipe de quatre joailliers.

Quant aux axes de croissance, ils sont divers et variés, mais le plus concret repose sur OTJO, la nouvelle société de production joaillière répétitive que nous avons créée avec des partenaires bijoutiers et fondeurs. C’est la réunion de quatre entités regroupant à ce jour 55 collaborateurs expérimentés.

L’OHB : Lors du dernier salon Fashion Paris vous avez également présenté une collection de joaillerie argent…

J. DANIELIAN : Oui, c’est la nouvelle marque développée par mon fils Hugo. Il est complètement autonome dans ses créations ainsi que dans tout ce qui touche le web et la communication. TGN 409 n’intervient que pour la partie fabrication.

L’OHB : L’accompagnent de jeunes créateurs est-il une nouvelle corde à votre arc ?

J. DANIELIAN : Oui. Plusieurs nous font déjà confiance et nous demandent d’intervenir à différents niveaux.

L’OHB : Hugo Danielian, vous êtes le principal concerné. Pouvez-vous partager votre nouvelle expérience ?

HUGO DANIELIAN : Chez nous la joaillerie est présente depuis de nombreuses générations. D’après la transmission orale familiale elle remonterait à l’an 1755. Je serais moi-même la 13e génération à exercer ce métier de manière continue.

L’OHB : Quel est le retour de votre première exposition en tant que marque ?

H. DANIELIAN : Mon père devait présenter sa fameuse collection O’SOEZ dont il avait parlé dans une précédente parution, mais faute de temps pour finaliser ce projet il m’a donné cette opportunité d’exposer sur le stand TGN.

J’avais déjà cette collection en tête mais je n’ai eu que deux mois pour la développer. Cette première expérience a donc eu valeur de test. D’une manière générale j’ai eu un bel accueil des professionnels. Je me suis même engagé à reprendre contact avec certains, après avoir peaufiné mon travail.

L’OHB : Pourquoi le thème de la croix est-il si présent dans votre collection ?

H. DANIELIAN : Le thème de la croix s’est présenté à moi comme une évidence, un symbole très fort qui met l’accent sur le fait que j’ai officiellement 2 000 ans d’écart avec Jésus Christ puisque je suis né le 25 décembre 2000 !

L’OHB : N’est-il pas difficile de se positionner sur des bijoux en argent face à la concurrence étrangère ?

H. DANIELIAN : Si bien sûr, et c’est pour cette raison que je vais amplifier l’écart en m’accordant plus de liberté de création, plus de folie encore. Le made in France argent a encore toute sa place dans notre univers joaillier.

L’OHB : Qu’entendez-vous par « plus de folie encore » ?

H. DANIELIAN : Je n’ai aucune chance d’exister dans le paysage joaillier si je me limite à faire ce que les autres font déjà. Je n’ai donc plus de restrictions dans les volumes que j’accorde à mes bijoux.

Je vais oser des modèles plus spectaculaires à destination des hommes, de nouveaux revêtements ou associations de matières. Mon exposition très récente sur les réseaux sociaux m’a également permis de me faire remarquer par des concepts stores dynamiques qui m’ont montré un grand intérêt. Je réfléchis donc aussi à cette possibilité inattendue.

L’OHB : Vous avez également votre propre site de vente en ligne, ne craignez-vous pas de faire concurrence à vos revendeurs ?

H. DANIELIAN : Toutes les marques ont leur site internet. Le positionnement et la notoriété du détaillant participeront au fait que le client préférera acheter en boutique plutôt que sur notre site internet.

J’ai moi-même ce réflexe en tant que consommateur. J’ai toujours tendance à privilégier le magasin si celui-ci a les arguments nécessaires.

L’OHB : Le mot de la fin vous revient, Jean Danielian…

J. DANIELIAN: Je suis fier du courage dont fait preuve Hugo et de ses nombreuses compétences… Et je suis en plus heureux et apaisé du fait que mes trois fils perpétuent la tradition familiale.

C’est une histoire qui nous motive tous et qui nous pousse à prendre des risques. En occupant une place importante dans le métier, TGN 409 est la preuve qu’il faut oser. Hugo a cette folie de s’écouter et d’assouvir ses envies, et ce n’est pas pour me déplaire.

Hugo Noé
contact@tgn409.fr
www.hugonoe.frwww.otjo.fr
www.tgn409.fr
Tél. : 09 74 35 07 69