Accueil » Bijouterie-Joaillerie » Formation bijouterie et gemmologie : l’École Provençale de Joaillerie et l’AGAT

Formation bijouterie et gemmologie : l’École Provençale de Joaillerie et l’AGAT

Formation bijouterie et gemmologie : l’École Provençale de Joaillerie et l’AGAT
Equipe de l'AGAT, à droite Laurent Massi. Photo Giles Ehrentant © AGAT
La formation en bijouterie et gemmologie ne se concentre pas seulement sur Paris. La province, et en particulier le Sud de la France, offrent de plus en plus de formations de qualité. Focus sur deux d’entre elles, l’École Provençale de Joaillerie et l’AGAT.
Un écosystème remarquable

L’EPJ (École Provençale de Joaillerie) et l’AGAT (Académie de Gemmologie Appliquée & Technique) ont choisi de s’installer dans le Sud de la France, la première à Aix-en- Provence, la seconde à Nice, pour capter une demande croissante en acquisition de compétences en bijouterie et en gemmologie. Le choix de la région n’est pas seulement dicté par une qualité de vie exceptionnelle.

Le Sud est une véritable pépinière de talents, de débouchés et surtout, il est au cœur d’un écosystème porteur.

S’installer à Aix a du sens pour Maria-Ellena Pinet, la directrice générale de l’École Provençale de Joaillerie, car c’est une ville d’art, qui a une forte dynamique étudiante et économique. Elle est aussi proche de Marseille, où sont situés de nombreux ateliers de joaillerie travaillant pour de grandes Maisons. Le niveau de savoir-faire et d’exigence y est donc élevé. Pour Laurent Massi, qui dirige l’AGAT à Nice, la proximité de Monaco et de l’Italie, gros marchés de joaillerie, la présence d’une clientèle riche et éduquée et les aéroports qui desservent directement New York, Bangkok ou Dubaï justifient le choix de l’emplacement. Il souligne aussi l’existence d’un très bon écosystème éducatif, avec le lycée Pasteur à Nice et l’EPJ à Aix.

L’EPJ lance un module de 80 h à destination des vendeurs

Maria-Ellena Pinet remarque qu’en région, la demande de formation est différente de la demande à Paris où l’on peut se permettre d’avoir des artisans très spécialisés. En région, c’est la polyvalence qui est privilégiée, les savoir-faire étant plus rares. C’est pourquoi l’EPJ formera bientôt en CAO-DAO et en gemmologie, ce qui n’est pas le cas actuellement. Avec un recrutement de très bon niveau (rappelons que l’EPJ est la fille spirituelle de la Haute École de Joaillerie de Paris).

L’École forme à tous les métiers de la bijouterie et de la joaillerie, de la conception à la réalisation finale.

Les étudiants sont en grande partie des bacheliers qui veulent intégrer l’alternance, mais aussi des vendeurs. Pour eux, l’EPJ va lancer en octobre un module vendeur-conseil de 80 h sur 2 semaines consécutives ou en cours du soir. Au programme : la fabrication du bijou, les techniques de vente et la gemmologie. Les enseignements de la période Covid ? Les cours théoriques (Histoire de l’Art et Gouachés) se sont faits en distanciel, et vont le rester. C’est une formule plus souple et moins fatigante pour les étudiants, qui n’habitent pas toujours sur place.

À l’AGAT, pleins feux sur les pierres

La gemme, rien que la gemme. Le dirigeant de l’AGAT, Laurent Massi, est un passionné de pierres et un expert. Ancien directeur du Campus du GIA à Bangkok, cet intarissable baroudeur de l’Asie connaît les mines comme sa poche. Il a aussi dirigé un laboratoire de gemmologie, des ateliers de joaillerie et plusieurs Écoles. En fondant l’AGAT, Laurent Massi se concentre exclusivement sur l’enseignement de toute la chaîne de valeur de la pierre, de la mine au bijou. Il a établi son fief dans le superbe hôtel Majestic de Nice, l’un des plus charmants de la Riviera. Là, l’Académie bénéficie de salles louées à l’année, dont la fameuse salle Infini de 100 m2 et son plafond coupole à plus de 6 m de hauteur. Dans son cadre enchanteur, ce véritable petit trésor d’architecture ne laisse pas indifférents les candidats à l’apprentissage.

Toute la chaîne de valeur de la pierre

À l’AGAT, la gemmologie est étudiée sous 3 angles : la pierre brute, la pierre taillée, la pierre sertie. Chacune de ces facettes est déclinée sur les trois cibles : le grand public, les professionnels qui cherchent une mise à niveau et les étudiants qui viennent pour la formation diplômante. Les cours « signature » pour lesquels Laurent Massi met dans la balance toute son expertise professionnelle de terrain portent sur le saphir, le rubis et l’émeraude. En plus de formations poussées sur le diamant et les pierres fines, il a de plus en plus de demandes sur les pierres ornementales. Celles-ci dessineraient- elles une nouvelle tendance ? Elles sont aussi de plus en plus présentes et valorisées dans les collections des joailliers.

Une collection unique de 15 000 échantillons de gemmes

Pourquoi choisir l’AGAT ? À cette question, Laurent Massi répond en mettant en avant sa fabuleuse collection de 15 000 échantillons de gemmes, choisis spécifiquement pour leur valeur pédagogique. Une telle collection est unique, elle permet d’observer les différents types de traitements et les inclusions. Celles-ci peuvent apporter du charme et de la beauté à la pierre, dit Laurent Massi, citant la collection Magnitude de Cartier, où les imperfections sont sublimées. L’AGAT est aussi la seule École qui remet une mallette d’instruments à chaque étudiant, met à jour ses cours tous les 2 ans et les envoie à ses alumni. Des voyages de gemmologie sont régulièrement organisés où les participants, à l’autre bout du monde, sont jetés vifs dans le bain de la négociation des gemmes… Car la valeur pédagogique de l’immersion est une autre conviction forte de Laurent Massi. I.H.

www.ecole-provencale-joaillerie.com

www.agat-gemology.com/

Leave a reply