Accueil » Bijouterie-Joaillerie » Contrefaçon : Le secteur de l’horlogerie bijouterie-joaillerie fortement impacté

Contrefaçon : Le secteur de l’horlogerie bijouterie-joaillerie fortement impacté

Contrefaçon : Le secteur de l’horlogerie bijouterie-joaillerie fortement impacté
Sur les 83 milliards de pertes dues à la contrefaçon en Europe, la part du secteur HBJO représente 13 %, estime l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle.

L’EUIPO évalue à 83 milliards d’euros, les pertes totales annuelles dues à la contrefaçon dans l’Union européenne à 28 (incluant le Royaume-Uni). Soit, l’équivalent pour les recettes publiques d’une perte de 14,3 milliards d’euros de manque à gagner. Neuf secteurs sont particulièrement impactés. Parmi ces derniers, arrivent en tête la « bijouterie-joaillerie et montres » (13 %), talonnée de près par la maroquinerie (12,7 %), le moins touché étant le secteur des vins et spiritueux (3,1 %). La France, avec 9,4 milliards de pertes financières directes et indirectes* est le deuxième pays le plus concerné derrière l’Italie (12,9 Mds €) et devant l’Allemagne (9,1 Mds €). L’étude datée de 2016 évalue à 98 500 le nombre d’emplois perdus à cause de la contrefaçon.

Moins de bijoux contrefaits dans l’UE

Une deuxième étude de l’EUIPO, produite conjointement avec l’OCDE, évalue une perte de près de 450 milliards d’euros pour la période 2014-2016 à l’échelle de la planète. Les articles les plus contrefaits sont issus des secteurs de la maroquinerie et de la chaussure, du textile et des montres. Les auteurs notent cependant que globalement, moins de bijoux de contrefaçon sont vendus dans l’Union européenne que dans le reste du monde.

La majorité des acheteurs conscients

La majorité des acheteurs savent qu’ils achètent des produits contrefaits, jusqu’à 65 % pour les montres et les bijoux, estiment les auteurs de l’étude. Les montres représenteraient 25 % de la valeur globale du commerce des contrefaçons dans le monde (pour 6 % du total vendu). En revanche, les acheteurs de médicaments contrefaits ignorent ce qu’ils achètent… En dernier lieu, « le consommateur paye le coût de la corruption sous la forme d’une qualité moindre et donc d’un prix plus élevé et de retards de livraison. * »
Les pays exportateurs de contrefaçons sont principalement la Chine (plus de 55 %) et Hong-Kong (près de 30 %).
En 2016, les douanes françaises ont saisi 9,2 millions d’articles contrefaits. F.F.

* Les pertes directes sont les ventes manquées ; les pertes indirectes sont les conséquences sur les fournisseurs, les sous-traitants etc.
* http://www.oecd.org/cleangovbiz/2016-Integrity-Forum-Background- Report.pdf

Leave a reply