Accueil » Bijouterie-Joaillerie » Pôle bijou formation de Baccarat Une offre de formation très spécifique

Pôle bijou formation de Baccarat Une offre de formation très spécifique

Sur le thème du bijou, le Pôle bijou formation de Baccarat se distingue par le développement de formations adaptées à différents publics. Découverte avec Monique Manoha, directrice du Pôle bijou formation.

L’Officiel Horlogerie & Bijouterie : Comment la Communauté de communes de Lunéville à Baccarat a-t-elle été amenée à développer des activités autour du bijou ?
Monique Manoha :
La mise en place de ce Pôle bijou formation s’est faite dans le cadre d’un redéploiement de territoire vers 2004 autour de la Manufacture de cristal qui traversait alors des difficultés. Néanmoins, elle était toujours aux yeux du public et des professionnels un emblème du luxe et représentante de savoir-faire uniques dans la chaîne du verre. Elle est implantée dans une région où les métiers d’art sont nombreux et, dans cet environnement, l’apprentissage du travail du bijou pouvait y trouver sa place. Restait à découvrir quelle pourrait être notre offre dans ce domaine. Nous ne souhaitions pas aborder le travail du bijou de manière traditionnelle, il existe déjà de nombreuses formations initiales diplômantes, mais développer une offre très spécifique qui s’adapterait à différents publics du bijou fantaisie.

L’OHB : Qui sont aujourd’hui les clients des formations du Pôle bijou formation ?
M. Manoha :
Nous avons trois publics principaux :
– Des personnes issues de la Mode et des Arts appliqués qui sont très créatifs et ont besoin de technique pour développer leurs idées.
– Des stagiaires issus de formations initiales en bijouterie qui sont de bons techniciens mais sans créativité particulière.
– Ceux qui arrivent des Métiers d’Art, ou qui ont déjà une pratique amateur. Essentiellement des adultes en reconversion, en recherche de technique ou de la découverte d’une nouvelle voie, mais nous avons aussi des jeunes. Ces trois publics ont un caractère commun primordial : ils sont hypermotivés et savent ce qu’ils veulent, ils progressent très rapidement. C’est pourquoi, notre offre de formation a été construite pour s’adapter directement à leurs besoins.

L’OHB : Quelles sont les particularités de vos formations ?
M. Manoha :
Nos modules de formation vont de 2 jours sur un point précis, à 14 jours pour les « modules de base », mais ces derniers sont dispensés sur 3 mois. Pour exemple, prenons une formation de base sur le travail du métal. Le stagiaire fait une première session de 5 jours avec une équipe de formateurs qui enseignent les gestes de base de la bijouterie, le b.a.-ba des techniques intervenant dans la création d’un bijou, puis le stagiaire rentre chez lui pendant un mois. Il revient ensuite pour une deuxième session où il va continuer à apprendre les gestes de base mais avec d’autres formateurs et repart à nouveau chez lui pendant un mois. Et lors de la troisième session, il crée un bijou de A à Z. Cela lui permet de découvrir les parties du métier qui lui ont beaucoup plu, celles où il est faible et celles où il devra se bonifier. Ce qui, tout en continuant son parcours, sera fait avec une troisième équipe de formateurs. Dans ce parcours séquencé avec différents formateurs, le stagiaire prend conscience de la pluralité des techniques et des procédés, il comprend aussi qu’il existe différentes méthodes de travail. C’est au créateur de choisir la sienne en fonction de ses besoins, projets et possibilités.

L’OHB : Finalement, un candidat peut découvrir tout un métier en trois mois ou y renoncer s’il s’aperçoit qu’il a fait une erreur de parcours. C’est une formule pertinente sur le sens et économique en temps pour tester le métier de bijoutier ?
M. Manoha :
Absolument, et d’ailleurs chaque année, nous avons environ 10 % de stagiaires, jeunes ou adultes, qui veulent faire un CAP en deux ans. Ils viennent chez nous pour valider leur envie d’un métier autour du bijou. Pour beaucoup, ces trois mois sont un faible investissement pour se lancer avec confiance dans une formation longue bien choisie. Et dans le cas inverse, l’échec est un moindre mal, juste peu de temps perdu.

L’OHB : Parlez-nous aussi des formations plus courtes.
M. Manoha :
Ces formations traitent d’un point précis comme le sertissage, le traitement de surface, l’approfondissement de la soudure et de la brasure. Dans chaque module, une partie du temps est consacrée à l’acquisition des gestes de base et l’autre à adapter la technique aux besoins du stagiaire en fonction de son domaine d’action. Dans ces formations, les élèvent apprennent aussi beaucoup les uns des autres et partagent leur savoir. Le passage chez nous leur ouvre de nouvelles possibilités dans leur travail. D’ailleurs, pour des créateurs travaillant seuls, la Manufacture est aussi un lieu de ressourcement et de renouvellement. M.T.

Contact :
pbma-cf@lunevilleabaccarat.fr
www.polebijou.com/pole-bijou-formation